Oligophrénie - mécanismes d'apparition et méthodes de traitement

Oligophrène & # 8212, une personne souffrant de sous-développement intellectuel et de troubles mentaux. Besoin de soins et de supervision de la part de personnes en bonne santé.

Le sous-développement mental entraîne une altération des processus cognitifs, des troubles de la mémoire et un vocabulaire limité. Les patients manquent d'initiative, de capacité à prendre des décisions de manière indépendante. Ils ont du mal à communiquer avec les autres, y compris les pairs.

Caractéristiques générales de l'oligophrénie

Dans différents pays, la prévalence de la maladie varie de 0,7 à 3%. Oligophrénie & # 8212, démence, congénitale ou acquise (jusqu'à 3 ans). Elle se caractérise par un sous-développement du cerveau (souvent intra-utérin), exprimé par des troubles des fonctions mentales et de l'intelligence.

La manifestation de la pathologie est des problèmes de fonctionnement du système musculo-squelettique, de la parole, une diminution du développement intellectuel et émotionnel.

La maladie est plus fréquente chez les garçons, est diagnostiquée avant l'âge de 18 ans (une forme sévère est diagnostiquée dans les premières années de la vie). Avec une forme bénigne de pathologie, il est plus difficile d'évaluer les capacités intellectuelles et le sous-développement mental, car la psyché de l'enfant est toujours en formation.

Les oligophrènes peuvent réagir de manière incorrecte à une situation ou à un environnement.

Causes et symptômes de la pathologie

Parfois, il est impossible de trouver la cause de la pathologie. La maladie se développe sous l'influence de nombreuses raisons, telles que:

  • impact négatif pendant le travail ou jusqu'à 3 ans (hypoxie, asphyxie, conflit Rh, hydrocéphalie, etc.),
  • lésions fœtales intra-utérines (rubéole, toxoplasmose, troubles hormonaux),
  • hérédité accablée (microcéphalie, syndrome de Down, etc.).

Un état pathologique d'oligophrénie, dont les symptômes sont accompagnés des pathologies suivantes:

  • hydrocéphalie & # 8212, le liquide s'accumule dans les ventricules du cerveau à la suite d'un écoulement altéré,
  • microcéphalie & # 8212, petite taille du crâne et du cerveau,
  • toxoplasmose & # 8212, une maladie causée par des parasites,
  • phénylcétonurie & # 8212, la formation d'une grande quantité de produit de décomposition nocif associée à une violation du métabolisme de la phénylalanine,
  • Maladie de Down & # 8212, les patients ont une apparence caractéristique, à divers degrés de trouble du développement (mental et physique).

Manifestations caractéristiques de la pathologie:

  • retard de développement global (mémoire, concentration, perception, réflexion, etc.),
  • violation de la pensée abstraite (ils pensent situationnellement, comme des enfants de 2-3 ans),
  • vocabulaire limité, phrases courtes. Les patients présentant un léger retard mental sont capables d'apprendre à lire, avec des & # 8212 sévères, ils lisent par lettre, ne comprenant pas le sens,
  • attention distraite, incapable de se concentrer, constamment distrait,
  • mémoire affaiblie,
  • manque de capacité à naviguer dans le monde extérieur, facilement sujette à suggestion, ne peut pas prendre la bonne décision,
  • dans certains cas, un fort retard du développement physique.

Degrés et formes d'oligophrénie

La maladie a plusieurs degrés, ils dépendent de la manifestation de troubles mentaux. Les degrés d'oligophrénie suivants sont distingués:

  • idiotie (QI de 50 à 70 points) & # 8212, sévère, peut être diagnostiquée chez les enfants de la première année. La pensée et la parole ne sont pas développées, les compétences en libre-service les plus simples sont absentes, ils ne savent pas distinguer le goût, ils peuvent donc mâcher des objets non comestibles. Ils publient des cris inarticulés, sont incapables de comprendre leur environnement. Les enfants ne sont pas soumis à une formation, ils ont besoin d'une aide et d'une supervision constantes,
  • imbécillité (QI de 20 à 50 points) & # 8212, retard modéré. Trouvé tôt dans le développement, les enfants commencent à s'asseoir et à marcher plus tard. Le vocabulaire est limité, ils comprennent un discours simple, peuvent prononcer des phrases simples. Ils peuvent apprendre les compétences les plus simples en matière de soins personnels, un travail physique simple. Ils ne sont pas capables de naviguer seuls dans la vie, ils ont besoin de soins constants,
  • débilité (QI inférieur à 20 points) & # 8212, léger retard. Au fil du temps, ils peuvent maîtriser la parole, sont capables de prendre soin d'eux-mêmes. Ils pensent selon une formule, ne sont pas en mesure d'évaluer de manière critique leurs actions. Après avoir maîtrisé un métier simple, ils peuvent mener une vie par eux-mêmes.

L'oligophrénie dans le degré de débilité est divisée en étapes:

  • QI de 65 à 69 points & # 8212, doux crétin,
  • IQ 60 à 64 & # 8212, modéré,
  • QI 50 à 59 & # 8212, sévère.

Il existe des formes de débilité:

  • plus fréquent & # 8212, sthénique: équilibré (les patients sont de bonne humeur et sociables) et déséquilibrés (colérique, avec des changements fréquents d'émotions),
  • asthénique & # 8212, avec instabilité émotionnelle, fatigue rapide,
  • atonique & # 8212, incapacité à exercer un comportement rationnel,
  • dysphonique & # 8212, rare, avec trouble émotionnel sévère, comportement agressif.

Oligophrénie chez les enfants

En cas de dommages irréversibles à la structure du cerveau au cours du développement intra-utérin, le risque de problèmes mentaux et de sous-développement intellectuel augmente encore..

Chez les enfants, l'oligophrénie se caractérise par des déviations des émotions, de la motricité, de la parole et de l'intelligence. Ils ont du mal à s'adapter au monde qui les entoure.

La condition n'est pas considérée comme progressive, mais avec le temps, les manifestations de la pathologie sont remarquées par d'autres: les patients ne sont pas capables de contrôler le comportement, ils développent des crises d'agitation psychomotrice.

Les enfants atteints de pathologie grave se distinguent par l'absence de processus de pensée, ils ne peuvent pas percevoir la parole, montrer des émotions, coordonner les mouvements, l'odorat et le goût.

Méthodes de diagnostic et de traitement

Lors du diagnostic de l'oligophrénie, les symptômes indiquant un retard du développement mental et physique, l'anamnèse, les données de méthodes de recherche supplémentaires sont prises en compte.

Lors d'une conversation avec un patient, le médecin prête attention au vocabulaire, à la pensée abstraite, à l'estime de soi, à la perception de l'environnement. L'évaluation des processus est réalisée à l'aide de tests psychologiques.

Le patient est invité à mémoriser des mots, à raconter de petites histoires, à expliquer la signification des proverbes, à comparer des concepts. En plus des tests psychologiques, des examens de laboratoire (prélèvements pour toxoplasmose, syphilis congénitale, etc.) et instrumental (ECG, IRM du cerveau) sont réalisés.

Malgré l'existence de divers médicaments destinés à corriger le retard mental, le médecin les prescrit en tenant compte des caractéristiques de la maladie:

  • avec le développement de la maladie dans le contexte de pathologies de la glande thyroïde, des médicaments contenant de l'iode et des hormones sont prescrits,
  • avec la phénylcétonurie, il est possible de faire face sans l'utilisation de médicaments, il suffit d'ajuster le régime,
  • avec crétinisme, des agents hormonaux sont prescrits.

Afin de corriger le retard mental, des médicaments nootropes sont utilisés (Pantogam, Piracetam, Aminalon). Ils améliorent les processus qui se déroulent dans le cerveau.

Le phénazépam est utilisé pour traiter les phobies, les peurs, les agressions, la surexcitation.

Les troubles du comportement sont corrigés avec des antipsychotiques ou des tranquillisants. Le patient a besoin d'une approche individuelle dans le processus d'apprentissage, de cours avec un orthophoniste et un psychologue pour l'adaptation en société.

Oligophrénie

je

OligophrèneetI (oligophreniae: oligos grecs petits + phrēn - esprit, esprit)

un groupe de conditions pathologiques, différentes en étiologie, pathogenèse et manifestations cliniques, caractérisées par une démence congénitale ou acquise précocement (au cours des trois premières années de la vie), qui se traduit par le sous-développement de la psyché, principalement l'intelligence, et l'absence de progression. ceux. une augmentation progressive du défaut de personnalité. La plupart des O. (démence congénitale) appartiennent à un vaste groupe d'anomalies congénitales dans le développement des c.ns. associées à une ontogenèse altérée (dysontogenèse). Il est habituel de les distinguer de la démence - démence acquise, procédant à la décomposition de l'activité mentale. Avec O., seules les dynamiques des manifestations cliniques associées au développement lié à l'âge (dynamique évolutive), à ​​la décompensation ou à la compensation de l'état sous l'influence de crises liées à l'âge, divers aléas exogènes (y compris psychogènes) sont préservés. L'oligophrénie ne doit pas inclure les retards de développement secondaires survenant dans l'enfance en raison de divers défauts physiques, des troubles de l'audition, de la parole, etc. négligence pédagogique, privation émotionnelle). Le terme «oligophrénie» est souvent remplacé par le concept de «retard mental», qui, en plus de O., combine diverses formes de déficience intellectuelle précoce associées à des maladies évolutives (par exemple, la schizophrénie) survenues dans l'enfance, ainsi qu'à des facteurs psychogènes et culturels. Pour déterminer le degré de retard mental, le QI (JQ, normalement égal à 100) est utilisé, qui est une évaluation quantitative de l'intelligence et est déterminé sur la base de la performance de tests psychologiques standard. Selon les normes du Comité OMS sur la psychohygiène (1967), avec un léger retard mental JQ est de 50-70; avec une gravité modérée - 35-50; avec prononcé - 20-35; avec un retard mental profond, il est inférieur à 20. La prévalence du retard mental dans le monde, selon l'OMS, est de l'ordre de 1 à 3%. Environ 75% de tous les déficients mentaux ont un léger degré de retard mental (JQ plus de 50). Le reste (JQ inférieur à 50) représente environ 4: 1 000 de la population de moins de 10 ans. Ces dernières années, il y a eu une légère augmentation du nombre de déficients mentaux, ce qui peut s'expliquer par une augmentation de l'espérance de vie globale, un taux de survie plus élevé des enfants présentant des troubles du développement et des défauts en c.s.s. grâce au succès de la médecine. Dans de nombreux pays, il est important et plus précis qu'auparavant, l'enregistrement des patients atteints d'oligophrénie.

O. Les facteurs étiologiques sont divers. Selon le temps, leurs effets se distinguent. O. associé à des facteurs héréditaires (y compris à la défaite des cellules reproductrices des parents); O., causés par des risques intra-utérins agissant sur l'embryon et le fœtus (embryopathies et fétopathies), et O. à la suite de la défaite des c.s.s qui survient pendant la période prénatale et dans les 3 premières années de la vie extra-utérine. Distinguer les formes indifférenciées d'O. - avec une étiologie incertaine et un tableau clinique non décrit (selon diverses estimations, elles représentent 50 à 90% de tous les O.) et O. différenciées, dans lesquelles l'étiologie est établie ou les signes cliniques sont exprimés. Le tableau pathologique en O. peut être différent: il existe des malformations du cerveau (microgyrie, porencéphalie, hernies cérébrales, etc.); il existe des changements inhérents à des formes spécifiques d'oligophrénie différenciée (par exemple, avec la maladie de Down, l'idiotie amaurotique, la sclérose tubéreuse, la syphilis du cerveau).

Le tableau clinique d'O., Malgré une grande variété de formes, est caractérisé par un sous-développement de la psyché et de la personnalité dans son ensemble. La démence est de nature diffuse avec des signes de sous-développement non seulement de l'intellect et de la pensée, mais aussi de la perception, de la mémoire, de l'attention, de la parole, de l'activité motrice, des émotions et de la volonté. On note un sous-développement des fonctions les plus différenciées et ontogénétiquement les plus jeunes (pensée et parole), avec la préservation relative de fonctions et d'instincts élémentaires évolutivement plus anciens. La faiblesse de la pensée abstraite, l'incapacité à généraliser, les associations abstraites, la prédominance des connexions purement concrètes sont révélées. Cela provoque également des troubles de la perception, de l'attention et de la mémoire, une diminution des critiques. La sévérité de divers troubles mentaux chez O. est en proportion directe avec la profondeur du défaut intellectuel. Dans l'histoire des patients, il existe généralement des indications d'un retard du développement mental, psychomoteur et physique, qui est en corrélation avec la profondeur de la démence. O. sont souvent accompagnées de malformations des organes et des systèmes individuels, parfois assez typiques (par exemple, avec la maladie de Down, la phénylcétonurie). Les troubles neurologiques ne sont pas caractéristiques de O., sauf s'ils sont associés à une lésion organique prononcée du c.ns. (le soi-disant retard mental compliqué).

En fonction de la profondeur du sous-développement mental chez O., on distingue trois degrés de démence: l'idiotie, l'imbécillité et la débilité. Cependant, il n'y a pas de frontières claires entre eux, il y a des états intermédiaires.

L'idiotie est la démence la plus sévère avec une absence presque totale de parole et de réflexion: JQ - inférieur à 20. Chez ces patients, les réactions aux stimuli ordinaires sont absentes ou inadéquates. Les perceptions semblent défectueuses, l'attention est absente ou extrêmement instable. La parole est limitée aux sons, aux mots simples; les patients ne comprennent pas le discours qui leur est adressé. Les enfants souffrant d'idiotie ne maîtrisent pas les compétences statiques et locomotrices (en raison desquelles beaucoup d'entre eux ne savent pas se tenir debout et marcher par eux-mêmes) ou les acquièrent avec beaucoup de retard. Souvent, ils ne peuvent pas mâcher et avaler des aliments non mâchés, certains d'entre eux ne peuvent manger que des aliments liquides. Toute activité significative, incl. de simples compétences en libre-service sont impossibles. Laissés à eux-mêmes, les patients restent immobiles ou tombent dans une excitation insensée continue avec des mouvements monotones (balancement, agitation stéréotypée des mains, battements de mains, etc.). Souvent, ils ne font pas la distinction entre parents et étrangers. Les émotions sont élémentaires et ne sont associées qu'à des sentiments de plaisir ou de mécontentement, qui s'expriment sous forme d'excitation ou de cris. L'effet de la colère survient facilement - la rage aveugle et l'agression, souvent dirigées contre soi-même (ils mordent, griffent, frappent). Souvent, les patients mangent des eaux usées, mâchent et sucent tout ce qui leur arrive, se masturbent obstinément. Le sous-développement mental profond est souvent accompagné de défauts flagrants dans le développement physique. Leur vie passe à un niveau instinctif. Il existe également des formes d'idiotie relativement plus douces. Les patients ont besoin de soins et de surveillance constants.

L'imbécilité est un degré modéré de démence. Les imbéciles ont un discours plus développé que l'idiotie, mais ils sont inaccessibles, handicapés, ils n'ont accès qu'à des actes élémentaires de libre-service; JQ est défini dans la plage de 20 à 50. Dans la Classification internationale des maladies, l'imbécilité est distinguée entre prononcée (JQ est 20-35) et modérément prononcée (JQ est 35-50). Les imbéciles montrent des réactions assez différenciées et variées à l'environnement. Leur discours est muet, avec des agrammatismes. Ils peuvent prononcer des phrases simples. Le développement des fonctions statiques et locomotrices se produit avec un long délai, les patients maîtrisent leurs compétences en matière de soins personnels, par exemple, ils mangent seuls. Ils ont accès à de simples généralisations, ils ont une certaine quantité d'informations et ils s'orientent formellement dans un environnement quotidien familier. En raison de leur mémoire mécanique relativement bonne et de leur attention passive, ils peuvent assimiler des connaissances de base. Certains imbéciles sont capables de maîtriser le décompte ordinal, de connaître les lettres, d'apprendre des processus de travail simples (nettoyage, lavage, vaisselle, certaines fonctions élémentaires de production). Dans le même temps, une dépendance extrême et une faible commutabilité sont révélées. Leurs émotions sont pauvres et monotones, les processus mentaux sont rigides et inertes. Ils donnent une sorte de réaction négative à un changement de situation. Les réactions personnelles sont plus développées: elles sont sensibles, honteuses de leur infériorité, répondent adéquatement à la censure ou à l'approbation. Manquant d'initiative et d'indépendance, ils se perdent facilement dans des conditions inconnues et ont besoin de surveillance et de soins. Il faut tenir compte de la suggestibilité accrue des imbéciles, de leur tendance à l'imitation aveugle..

La débilité est un degré léger de démence. Les imbéciles sont capables d'apprendre, de maîtriser des processus de travail simples, dans certaines limites, leur adaptation sociale est possible; JQ est 50-70. Les imbéciles, contrairement aux imbéciles, ont souvent un discours plutôt développé, dans lequel, cependant, des traits imitatifs, des phrases vides sont exprimées. Dans le comportement, ils sont plus adéquats et indépendants, ce qui masque dans une certaine mesure la faiblesse de la pensée. Ceci est facilité par une bonne mémoire mécanique, une tendance à imiter et une suggestibilité accrue. Ils révèlent la faiblesse de la pensée abstraite, la prédominance des associations concrètes. Le passage de généralisations abstraites simples à des généralisations plus complexes leur est difficile. Les imbéciles peuvent être enseignés à l'école, tandis que la lenteur et l'inertie, le manque d'initiative et d'indépendance se retrouvent. Ils acquièrent majoritairement des connaissances spécifiques, ils ne parviennent pas à assimiler la théorie.

Les émotions, la volonté et les autres traits de personnalité sont plus développés avec la débilité qu'avec l'imbécillité. Les traits caractéristiques sont présentés de manière beaucoup plus large. Classiquement, par tempérament, on distingue les crétins torpides (inhibés, léthargiques, apathiques) et érotiques (excitables, irritables, vicieux). Avec la débilité, la faiblesse de la maîtrise de soi, l'incapacité à supprimer leurs pulsions, une réflexion insuffisante sur les conséquences de leurs actions, un comportement impulsif et une suggestibilité accrue sont notés. Malgré cela, les crétins s'adaptent souvent bien à la vie. Le retard de développement est plus prononcé dans la petite enfance, lorsqu'un retard dans la marche, la parole et d'autres fonctions mentales est perceptible. Au fil des ans, surtout avec une morbidité modérée, le retard devient moins perceptible. Compte tenu du large éventail de retard et du taux de développement mental, de nombreux praticiens et défectologues font la distinction entre une débilité prononcée, modérée et légère, presque impossible à distinguer de la limite inférieure de l'intelligence normale..

Le traitement peut être conditionnellement divisé en symptomatique et spécifique (causal). Avec la thérapie symptomatique, on utilise des médicaments qui stimulent le métabolisme cérébral (nootropil, aminalon, cérébrolysine, etc.); psychostimulants (par exemple, phénamine, sydnocarbe); Vitamines B; agents déshydratants (sulfate de magnésium, diacarbe, lasix); médicaments résorbables (par exemple, biloquinol, iodure de potassium); stimulants biogènes. Avec le syndrome convulsif, une prise systématique de médicaments antiépileptiques est prescrite. Un traitement spécifique est possible pour la phénylcétonurie et d'autres enzymopathies; avec hypothyroïdie (traitement hormonal compensateur par thyroïdine); avec syphilis congénitale, toxoplasmose (traitement spécifique avec des antibiotiques, des médicaments à base d'arsenic, de la chloridine, etc.); avec des infections cérébrales chez les enfants (antibiotiques, sulfamides). Plus il est commencé tôt, plus l'efficacité du traitement est élevée. Le traitement correctionnel et les mesures pédagogiques (oligophrénopédagogie) sont d'une grande importance, y compris. la formation d'enfants et d'adolescents déficients mentaux dans des institutions spécialisées (par exemple, écoles auxiliaires, internats, écoles professionnelles spéciales).

Le pronostic dépend de la profondeur du retard mental et de la forme de O. Avec l'oligophrénie dans le degré de débilité, l'adaptation sociale est possible; avec imbécillité et idiotie, le pronostic est mauvais.

La prévention. La prévention primaire comprend le conseil génétique médical, qui devrait être effectué dans le cadre de consultations médicales génétiques spéciales utilisant des méthodes modernes de recherche biochimique et cytologique, y compris l'amniocentèse. La prévention du retard mental dépend en grande partie des activités sociales visant à améliorer les conditions environnementales et éducatives.

Réhabilitation. Le système existant de traitement et de mesures de réadaptation prévoit diverses aides aux patients atteints d'O. Dans le système des établissements de santé, les patients atteints d'O. Bénéficient de soins ambulatoires et hospitaliers. Les soins ambulatoires sont assurés par des pédopsychiatres et des psychiatres généraux des dispensaires neuropsychiatriques. Dans le système d’enseignement public, il existe un réseau d’écoles auxiliaires dans lesquelles sont formés les enfants souffrant de retard mental au degré de moronicité. L'enseignement général est combiné avec le travail et la formation professionnelle. Les écoles secondaires sont liées aux industries locales où les enfants diplômés de ces écoles peuvent être employés. Dans le système des agences de sécurité sociale pour les malades O. sous forme d'idiotie et d'imbécillité, il existe des foyers pour handicapés où, en plus de fournir des soins, les mesures médicales et éducatives nécessaires sont prises. Pour orienter un patient vers l'une de ces institutions, des commissions spéciales sont créées, qui incluent un psychiatre. Seul un médecin peut envoyer un patient à une telle commission..

L'examen psychiatrique médico-légal à O. comprend la solution des problèmes de santé mentale et de capacité juridique. Le retard mental dans le degré d'idiotie et d'imbécillité prononcée sont généralement reconnus comme fous (voir. Folie) et incapables (voir. Invalidité). Avec la débilité, la question de la santé mentale et de la capacité juridique est décidée individuellement, en tenant compte non seulement du degré de déficience intellectuelle, mais aussi des caractéristiques de la sphère émotionnelle-volitive.

Bibliographie: V.V. Kovalev Psychiatrie pédiatrique, p. 424, M., 1979; Guide de psychiatrie, éd. G.V. Morozov, vol. 2, p. 351, M., 1988; Guide de psychiatrie, éd. UN V. Snezhnevsky. vol. 2, p. 442, M., 1983.

II

OligophrèneetI (oligophrénie; Oligo- + phrase grecque esprit, esprit; synonyme: démence, oligopsychie, démence congénitale)

sous-développement mental, principalement mental.

OligophrèneetJe suis un œdème de Quinckeetcheskaya (environ. angiodystrophica) - O., causée par des troubles du développement du système vasculaire du cerveau.

OligophrèneetJe suis apatetcheskaya (about. apathica) - voir oligophrénie torpide.

OligophrèneetJe suis fictifetcheskaya (o. asphyctica) - O., qui s'est développée à la suite d'une asphyxie fœtale ou néonatale.

OligophrèneetJe suis hémoliteetcheskaya (o. haemolytica) - O., qui s'est développée à la suite d'une maladie hémolytique des nouveau-nés, procédant par une encéphalopathie hyperbilirubinémique.

OligophrèneetJe suis hydrocéphaleetcheskaya (o. hydrocephalica) - O., due à une atrophie cérébrale dans l'hydrocéphalie.

Oligophrèneetje suis dismetaboletcheskaya (o. dysmetabolica) - O., causée par des troubles métaboliques aux premiers stades du développement du corps.

OligophrèneetJe suis microcéphaleetcic secondeetchnaya (environ. microcephalica secundaria) - voir Oligophrenia microcephalic false.

OligophrèneetJe suis microcéphaleetcheskaya true (o. microcephalica vera; synonyme O. microcephalic primary) - O. avec microcéphalie héréditaire, caractérisée par la dissociation entre les signes d'idiotie ou d'imbécillité et la vivacité émotionnelle, la suggestibilité, la capacité à des actions imitatives.

OligophrèneetJe suis microcéphaleetlà propospoupe (lac microcephalica falsa; synonyme de O. microcephalic secondaire) - O. à microcéphalie causée par des lésions cérébrales intra-utérines, caractérisée par la léthargie et l'apathie; combiné avec des défauts du crâne, constitution dysplasique.

OligophrèneetJe suis microcéphaleetpremièreetchnaya (environ. microcephalica primaria) - voir Oligophrenia microcephalic true.

OligophrèneetJe suis un paranatetlin (lac paranatalis; synonyme de O. périnatal) - O. causé par des lésions cérébrales pendant l'accouchement.

OligophrèneetJe suis un périnatetlin (environ. perinatalis) - voir. Oligophrénie paranatale.

OligophrèneetJe suis rubéolje suispnaya (about. rubeolaris) - O., causé par la défaite du fœtus par le virus de la rougeole et de la rubéole.

OligophrèneetJe suis syphilitiqueetcheskaya congénitale (o. syphiliticacongenita) - O. avec syphilis congénitale, généralement associée à des troubles psychopathiques ou asthéniques. syndrome épileptique.

OligophrèneetJe suis toxoplasmateetcheskaya (environ. toxoplasmatica) - O., qui s'est développée à la suite de la toxoplasmose du fœtus ou du nouveau-né.

OligophrèneetJe suis torpetbas (o. torpida; synonyme de O. apathique) - O., caractérisé par la prédominance de la lenteur des réactions, la rigidité de la pensée, la passivité, la faiblesse des motifs.

Oligophrèneetje suis éretetcheskaya (o. eretica) - O., caractérisé par la prédominance de l'agitation motrice et (ou) de l'excitabilité émotionnelle.